Le nouveau rôle de l’architecte

Par Daniel Hurtubise

Les cinq grandes étapes de la réalisation d’un projet architectural sont : l’interprétation des besoins du client, le développement d’une solution, la soumission de la conception à l’approbation des autorités, le développement de la documentation nécessaire à la construction et la vérification de la conformité de la construction.

« C’est immuable, je ne vois pas comment, dans un futur court ou long, ces cinq étapes pourraient changer. Pour évoluer, il faut changer les méthodes et les outils. »

Daniel Hurtubise

Les nouvelles technologies à disposition sont : l'automatisation, la visualisation, le Computational Design, le développement, le Generative Design et l'Intelligence Artificielle.

L'automatisation consiste à faire réaliser des tâches répétitives à un ordinateur plutôt qu'à un humain. Cela permet de gagner du temps, d'augmenter la qualité et d'obtenir une constance. L'architecte peut se consacrer à des tâches à forte valeur ajoutée et être plus épanoui dans son travail. Le processus pour automatiser des tâches consiste à : identifier les taches problématiques, identifier le but de ces taches, définir un processus de résolution, former les personnes qui vont utiliser l'outil et le réévaluer dans la durée afin de l'améliorer ou de l'adapter si besoin.

Pour la visualisation, la méthode traditionnelle était de créer des esquisses à la main, de créer des images fixes du projet, d’utiliser des logiciels de rendus. Aujourd’hui, nous avons à disposition des outils tels que la réalité virtuelle et la réalité augmentée qui permettent de s'immerger en temps réel dans un projet et même de réaliser des réunions à plusieurs.

« Quand on commence un chantier, tout le monde se rend sur place. Pourquoi on ne ferait pas la même chose pendant la conception ? Se promener dans le bâtiment pour voir ce qui marche et ce qui ne marche pas. »

Daniel Hurtubise

Pour la visualisation des datas, il existe des outils tels que Power Bi qui permettent de modéliser des données sous forme de graphiques, de Dashboard par etc.

Le Computational Design est l'application de stratégie informatique au processus de conception. Traditionnellement, les concepteurs dans le domaine du bâtiment s’appuient sur l’intuition et l’expérience pour résoudre les problèmes. Le Computational Design vise à améliorer ce processus en encodant les décisions de conception à l’aide d’un langage informatique. Les extensions utilisées sont Dynamo pour le logiciel Revit et Grasshopper pour le logiciel Rhino.

Le développement est : l'étude, la conception, la construction, le développement, la mise au point, la maintenance et l'amélioration des logiciels. Pour l'utiliser il faut choisir des logiciels et des plate formes qui ont des API ouvertes qui vont permettre de s'y connecter. Prenons l’exemple d’un projet de 800 logements, l'architecte doit calculer différents types de surfaces, créer des vues et gérer la mise en page des plans. En développant un outil adapté, la durée de réalisation de ces taches peut passer de 3 mois à 3 jours.

Le Generative Design est la combinaison algorithmique automatisée des objectifs et des contraintes pour trouver une solution. On définit les contraintes du projet et le logiciel teste tous les scénarios possibles, trie les résultats pour ne présenter que les résultats optimaux.

Enfin, l'Intelligence Artificielle est l'ensemble des théories et des techniques développant des programmes informatiques complexes capables de simuler certains traits de l'intelligence humaine comme le raisonnement, l'apprentissage etc. Stanislas Chaillou réalise une thèse sur ce sujet, il a développé une Intelligence Artificielle capable de réaliser des plans d’étages selon des paramètres définis. L'intelligence Artificielle produit tous les résultats répondant aux critères ce qui permet à l’architecte d’explorer des options auxquelles il n’aurait pas pensé.

Partagez Sur